12 lecture des minutes

Troubles du sommeil

 

Les troubles du sommeil sont un terme générique désignant divers problèmes de santé qui modifient les habitudes de sommeil d’une personne. Il existe de nombreux types de troubles du sommeil, chacun présentant des signes et des symptômes différents. Les troubles du sommeil peuvent affecter la santé physique, mentale et émotionnelle d’une personne, ainsi que sa qualité de vie en général.

les troubles du sommeil et ce qu'ils sontLe sommeil est le processus physique par lequel le corps et l’esprit sont dans un état de repos complet ; il y a un manque de mobilité physique, ainsi que des mouvements oculaires lents, une réponse réduite à la stimulation externe, une fonction cognitive altérée et un état inconscient réversible. Bien que l’on ne sache pas exactement pourquoi le sommeil est nécessaire, la recherche montre que ce processus permet au corps et à l’esprit d’accomplir de nombreuses fonctions, telles que la restauration physique, l’apprentissage et la consolidation de la mémoire.

 

L’importance du sommeil

Il est prouvé que le manque de sommeil est à l’origine de nombreux problèmes à court et à long terme. L’homme dort environ un tiers de sa vie. Il est donc important de souligner l’importance d’un sommeil de bonne qualité pour éviter les effets néfastes. Les conséquences à court terme d’un mauvais sommeil comprennent des problèmes de mémoire, des difficultés à penser clairement, des troubles de l’attention et de la concentration, une altération de la qualité de vie, une augmentation du taux d’absentéisme, une baisse de la productivité et un risque accru d’accidents au travail, à la maison ou sur la route.

Les maladies coronariennes, l’insuffisance cardiaque, l’hypertension artérielle, l’obésité, le diabète de type 2, les accidents vasculaires cérébraux, les troubles de la mémoire et la dépression peuvent survenir lorsqu’un individu est privé de sommeil. Les troubles du sommeil peuvent avoir un impact considérable sur la qualité de vie et la vie familiale.

 

Le rythme circadien

Les êtres humains possèdent une horloge biologique interne qui régule le processus de sommeil et d’éveil. Ce processus établit ce que l’on appelle le rythme circadien. Ce cycle a un rythme quotidien qui se répète sur une période d’environ 24 heures. Une zone du cerveau contrôle ce rythme veille-sommeil, l’hypothalamus, qui régule certaines fonctions physiologiques pour favoriser le comportement de veille et de sommeil. Le bon fonctionnement de ce cycle permet un sommeil réparateur et des habitudes de sommeil normales.

Le rythme circadien, bien que contrôlé de l’intérieur, est également influencé par des facteurs environnementaux externes tels que les repères temporels et la lumière. Une modification de ces facteurs externes, comme un changement d’heure ou un travail de nuit, peut provoquer un désalignement et entraîner certains problèmes de sommeil.

Une fois en état de sommeil, le corps humain passe par deux phases de sommeil différentes. La première est celle des mouvements oculaires rapides (MOR), qui consiste en un stade de sommeil plus léger et moins réparateur. Pendant cette phase, tous les muscles du corps sont immobiles, à l’exception des yeux et des muscles respiratoires, qui restent actifs, d’où le nom de « mouvements oculaires rapides ». Ce stade est communément appelé « stade du rêve », car la plupart des rêves et des cauchemars se produisent pendant ce stade du sommeil. Cette partie du cycle est généralement courte et s’allonge au fil de la nuit.

La deuxième phase, appelée sommeil à mouvements oculaires non rapides (Nonrapid eye movement, NREM), peut être subdivisée en trois stades distincts. Le stade NREM est celui dans lequel l’individu passe la plus grande partie de son sommeil ; le cycle NREM passe par le sommeil léger, le sommeil plus profond et le sommeil le plus profond.

 

Types de troubles du sommeil

les types de troubles du sommeil

Troubles du rythme circadien

Le rythme circadien régit notre cycle veille-sommeil. Tout problème lié à ce cycle ou toute modification des facteurs externes peut entraîner des troubles. Le sommeil gagne généralement un individu quelques heures après que l’hypothalamus a sécrété de la mélatonine (une hormone du sommeil qui provoque la fatigue).

 

Troubles de la phase

Le rythme circadien, ou cycle veille-sommeil, suit généralement une horloge de 24 heures. Dans certains cas, le cycle de sommeil humain est inférieur ou légèrement supérieur à 24 heures. Le rythme circadien de l’individu est alors progressivement devancé ou retardé par rapport à la norme. Ce décalage constant peut désaligner considérablement le rythme circadien, ce qui fait qu’une personne suit un horaire de sommeil différent des autres. Ce phénomène est fréquent chez les personnes aveugles, qui n’ont pas de repères lumière-obscurité.

Dans certains cas, le processus de sécrétion de la mélatonine peut se produire trop tard par rapport aux heures de sommeil prévues par la société. Il en résulte ce que l’on appelle un trouble de la phase veille-sommeil retardé. Ce trouble n’entraîne pas une mauvaise qualité du sommeil ou des symptômes négatifs ; il retarde généralement le sommeil d’une certaine durée. La personne se réveille toujours avec une sensation de fraîcheur et de repos, mais elle s’endort plus tard que la normale. En raison du petit nombre de symptômes qu’il présente, ce trouble est souvent non diagnostiqué ou mal diagnostiqué pour des troubles tels que l’insomnie.

D’autre part, le processus d’endormissement peut se produire trop tôt par rapport au temps de sommeil normal d’un être humain, ce qui provoque un trouble avancé de la phase veille-sommeil. Il s’agit exactement de la même chose que le trouble de la phase veille-sommeil retardé, mais le cycle de sommeil est avancé d’un certain temps.

 

Troubles du sommeil liés au travail posté

Un dernier trouble du rythme circadien est le trouble du sommeil lié au travail posté, qui s’explique par son nom : les personnes qui travaillent en alternance sont susceptibles de développer ce trouble parce qu’elles suivent intentionnellement un horaire de sommeil différent. Cela provoque des symptômes similaires à ceux de l’insomnie, tels que des difficultés à dormir à des heures normales et une somnolence excessive à des heures inappropriées.

 

Dyssomnies

Dyssomnies est un terme qui désigne les insomnies et les hypersomnies, y compris la narcolepsie et l’hypersomnie idiopathique.

 

Insomnie

L’insomnie est un trouble qui se traduit par des difficultés à s’endormir et à rester endormi. Les personnes atteintes se plaignent souvent d’un sommeil de mauvaise qualité, de difficultés à s’endormir ou d’un sommeil tardif, ainsi que de réveils fréquents au milieu de la nuit ou tôt le matin. Il s’agit d’un état frustrant qui entraîne d’autres symptômes d’insomnie, tels qu’une somnolence excessive pendant la journée, des problèmes cognitifs, notamment des troubles de la mémoire et de l’attention, et des troubles de l’humeur. Une présentation prolongée de ce trouble du sommeil spécifique peut provoquer une insomnie chronique, entraînant des symptômes d’insomnie à long terme.

L’analyse des causes de ce trouble montre que les personnes souffrant d’insomnie ont un cortex cérébral plus actif au moment de l’endormissement et pendant le sommeil paradoxal, ce qui leur donne l’impression d’être plus éveillées ou d’avoir plus de perturbations pendant les phases de sommeil paradoxal. Ce cortex hyperactif, associé à des facteurs génétiques, comportementaux, cognitifs et émotionnels, contribue à l’insomnie.

 

Hypersomnie

L’hypersomnie se traduit par une somnolence diurne excessive, même si l’on dort suffisamment la nuit, et par un temps de sommeil plus long que d’habitude ou que nécessaire. D’autres troubles du sommeil sous-jacents, un traumatisme crânien ou une idiopathie peuvent être à l’origine d’hypersomnies. Si l’hypersomnie est sans cause, la personne souffre d’hypersomnie idiopathique.

 

Parasomnies

Les parasomnies sont des troubles qui provoquent chez une personne des mouvements et des comportements anormaux pendant les périodes de sommeil ou d’éveil de la nuit. Les parasomnies ne sont pas aussi fréquentes que les autres troubles du sommeil et peuvent souvent être mal diagnostiquées, parfois confondues avec des crises d’épilepsie en raison des mouvements inhabituels qu’elles peuvent présenter.

Parmi les parasomnies, on trouve le trouble du comportement en sommeil paradoxal. Ce trouble, plus fréquemment observé chez les personnes âgées, est décrit comme une perte de sommeil paradoxal due à une perte musculaire et se manifeste par des activités motrices inhabituelles pendant le sommeil. Lorsqu’elles sont observées, ces personnes présentent des mouvements violents et des comportements de rêve, qui se traduisent souvent par des blessures infligées à elles-mêmes ou à d’autres personnes.

 

Pavor Nocturnus

La terreur du sommeil, ou Pavor Nocturnus, provoque des périodes de symptômes autonomes et moteurs intenses, comme un cri, pendant la phase la plus profonde du sommeil à mouvements oculaires non rapides. Ce trouble du sommeil est très fréquent entre 5 et 7 ans, en particulier chez les enfants ayant des antécédents de somnambulisme. Ces personnes se réveillent confuses et inconsolables, sans cause apparente.

 

Narcolepsie

Une autre parasomnie moins courante est la narcolepsie, un trouble dans lequel la personne souffre d’une somnolence diurne excessive et ressent le besoin irrésistible de s’endormir à des heures et dans des circonstances inappropriées, ainsi qu’une faiblesse musculaire inexpliquée et soudaine. Ces épisodes sont souvent appelés « crises de sommeil » parce qu’ils surviennent soudainement et de manière imprévisible. Ces crises de sommeil peuvent durer entre 20 et 30 minutes, et la personne se sent généralement plus fraîche à la fin.

Le rythme circadien est généralement facilement défini par ses phases de sommeil et d’éveil. Des troubles tels que la paralysie du sommeil peuvent repousser ces limites. Il s’agit d’un état dans lequel l’individu est physiquement incapable de bouger, que ce soit juste après s’être endormi ou s’être réveillé. La personne fait l’expérience de la paralysie physique tout en étant parfaitement consciente dans son esprit. Elle est souvent victime d’hallucinations visuelles liées au sommeil et a l’impression d’étouffer.

Mystère clinique, cette parasomnie résulterait d’un état de conscience mixte. Les hallucinations peuvent souvent être effrayantes, laissant à la personne un sentiment de peur et d’anxiété.

 

Troubles respiratoires liés au sommeil

Les troubles respiratoires liés au sommeil comprennent généralement l’apnée obstructive du sommeil, l’apnée centrale du sommeil et l’hypoventilation liée au sommeil. L’apnée du sommeil est un autre terme général qui englobe trois types : l’apnée obstructive du sommeil, l’apnée centrale du sommeil et l’apnée centrale du sommeil. Tous ces types d’apnées répondent à la même définition générale : une pause respiratoire momentanée pendant le sommeil. L’apnée obstructive du sommeil se produit lorsqu’il y a une obstruction des voies aériennes supérieures pendant le sommeil, provoquant une pause respiratoire d’au moins 10 secondes. Il peut s’agir d’un problème physique, tel que la structure des voies respiratoires.

D’autre part, l’apnée centrale du sommeil est causée par une pause dans le flux d’air lorsqu’un manque d’effort pour respirer se produit. Il s’agit d’un problème physiologique provenant du centre respiratoire du cerveau. Une combinaison des deux types d’apnée du sommeil est appelée apnée complexe du sommeil.

Cette maladie peut passer inaperçue pendant longtemps, car les symptômes sont généralement observés. Une personne atteinte de cette maladie ronfle, s’étouffe ou halète, connaît des épisodes d’apnée avec son partenaire dans le lit, éprouve une fatigue excessive pendant la journée et se réveille avec des maux de tête.

Ce trouble du sommeil peut être très grave et peut exposer un individu à de nombreuses maladies graves s’il n’est pas traité. Par exemple, l’hypertension, le diabète de type 2 et les maladies cardiovasculaires peuvent survenir en l’absence de traitement.

 

Syndrome des jambes sans repos

Le syndrome des jambes sans repos est une affection caractérisée par la présence d’une sensation désagréable qui provoque l’envie de bouger constamment les jambes. Bien qu’elle fasse partie des troubles du sommeil les plus courants, cette affection est souvent non diagnostiquée ou mal diagnostiquée, car les symptômes sont très subjectifs et difficiles à décrire et qu’il n’existe pas de tests de diagnostic.

Le syndrome des jambes sans repos est une affection qui dure toute la vie et qui se manifeste généralement à un jeune âge, mais qui n’est souvent diagnostiquée que plus tard dans la vie. Les symptômes comprennent généralement une variété de sensations dans les membres inférieurs, entre le genou et la cheville, telles que des picotements, des douleurs, des brûlures, etc. Ces sensations provoquent un besoin insatiable de bouger les jambes, d’où le « syndrome des jambes sans repos ».

Cette affection est considérée comme un trouble du sommeil, car l’agitation observée chez ces personnes se produit le plus souvent à la fin de la journée, lorsque la personne tente de s’endormir. Cela entraîne des difficultés d’endormissement et peut conduire à des troubles du sommeil, ce qui est une des principales raisons pour lesquelles ces personnes consultent généralement un médecin.

 

Troubles des mouvements périodiques des membres

Bien que similaire au syndrome des jambes sans repos, ce trouble présente des symptômes distincts et des diagnostics et traitements différents. Cette affection provoque des mouvements des jambes et des bras pendant le sommeil. Elle entraîne souvent une somnolence diurne et peut souvent être causée par le syndrome des jambes sans repos.

 

Troubles du sommeil et santé mentale

comment les troubles du sommeil affectent la santé mentaleLe sommeil et la santé mentale sont très souvent liés. Bien qu’ils soient souvent la conséquence de problèmes de santé mentale, les troubles du sommeil peuvent également être à l’origine de problèmes mentaux. Il est de notoriété publique qu’une personne qui passe une mauvaise nuit de sommeil est souvent de mauvaise humeur le lendemain.

Le sommeil est souvent lié à la santé mentale et présente une relation avec des troubles tels que la dépression, l’anxiété, les troubles bipolaires et bien d’autres encore. Ces troubles de la santé mentale rendent souvent le sommeil plus difficile, ce qui entraîne des troubles du sommeil. Les troubles du sommeil tels que l’insomnie peuvent rendre extrêmement difficile l’obtention d’un sommeil réparateur, ce qui entraîne les mêmes problèmes de santé mentale que ceux mentionnés précédemment.

Il a été démontré que le cycle du sommeil a un impact sur la capacité du cerveau à traiter les informations émotionnelles. Les différentes activités cérébrales présentes et manifestées au cours des différents stades du sommeil jouent toutes un rôle important dans la santé émotionnelle d’une personne. Si ces ondes cérébrales sont insuffisantes et si l’on ne passe pas suffisamment de temps à ces stades spécifiques, les gens peuvent développer des troubles mentaux. De plus, un état chronique de manque de sommeil a souvent montré le développement d’une psychose liée au sommeil, un autre problème de santé mentale.

 

Troubles du sommeil et maladies neurodégénératives

De nombreuses maladies neurodégénératives ont été associées à certains troubles du sommeil. Le trouble du comportement en sommeil paradoxal peut être pris comme exemple ; fréquemment observé dans la population âgée, il est courant chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson, d’atrophie du système multiple, de maladie diffuse à corps de Lewy avec démence, de dégénérescence corticobasale, d’atrophie olivopontocérébelleuse et de paralysie supranucléaire progressive. Le développement de la RBD chez les personnes atteintes de ces maladies neurologiques peut être attribué au thème commun de la perte musculaire ou de la modification musculaire ressentie par les patients.

 

Diagnostic

Étant donné que des problèmes sous-jacents sont à l’origine de nombreux troubles du sommeil, le diagnostic des troubles du sommeil commence souvent par la recherche de la cause. S’il n’y a pas de cause sous-jacente, le diagnostic est posé à l’aide d’un examen physique et d’un diagnostic basé sur les symptômes. En cas de symptômes, il est conseillé de tenir un journal du sommeil, en notant tous les symptômes et en suivant les habitudes de sommeil. Cela facilite grandement le diagnostic.

De nombreux troubles du sommeil nécessitent des études du sommeil, un processus dans lequel la personne est observée pendant son sommeil à l’aide de divers équipements. Cet équipement permet de détecter tout mouvement ou bruit inhabituel, l’activité cérébrale et l’activité respiratoire. Tout cela permet de diagnostiquer différents troubles du sommeil tels que l’insomnie, l’apnée du sommeil, la paralysie du sommeil, etc.

 

Traitement des troubles du sommeil

les traitements des troubles du sommeilSi certains peuvent être difficiles à traiter, la plupart des troubles du sommeil sont faciles à gérer avec les interventions appropriées. La première étape du traitement des troubles du sommeil consiste à en trouver la cause. Une fois la cause identifiée, le problème sous-jacent peut généralement être traité. Par exemple, une personne souffrant d’un trouble anxieux et ayant des difficultés à dormir devra d’abord être traitée pour son trouble anxieux.

Le traitement de la cause sous-jacente ne parvient pas à éliminer cette cause ou n’a tout simplement aucun effet sur le trouble du sommeil. L’étape suivante consiste à traiter le trouble du sommeil en recourant directement à diverses interventions. Les traitements courants comprennent la thérapie cognitivo-comportementale en tant que traitement non médicamenteux et de nombreux types de médicaments pour le sommeil, tels que les benzodiazépines, les agonistes des récepteurs de la mélatonine, les antidépresseurs, les antipsychotiques et bien d’autres encore.

Un traitement est essentiel pour les troubles du sommeil plus graves, tels que l’apnée du sommeil. Ces personnes ont souvent besoin d’un appareil de PPC, qui permet d’envoyer de l’air dans un masque que la personne porte pendant la nuit, à l’aide d’un tuyau.

De nombreux autres traitements sont disponibles, tous très différents en fonction du trouble traité. En suivant les traitements recommandés, il est possible de rester en bonne santé physique et d’avoir un bien-être et une qualité de vie globalement positifs sans développer d’autres conséquences.

 

Conséquences d’un sommeil de mauvaise qualité

Les troubles du sommeil ont fait l’objet d’études approfondies sous de nombreux angles différents, et il a été conclu que le manque de sommeil, qu’il soit dû au mode de vie ou à des troubles du sommeil, a de nombreux effets à court et à long terme sur la santé physique et mentale d’une personne. Il est important d’avoir un bon horaire de sommeil, de pratiquer une bonne hygiène et de demander de l’aide si les symptômes d’un trouble du sommeil apparaissent afin d’éviter les complications.

 

Améliorer le sommeil

Pour améliorer le sommeil, il faut d’abord avoir de bonnes habitudes de sommeil :

  • Être cohérent en se couchant et en se réveillant à la même heure tous les jours.
  • Veiller à ce que l’environnement de sommeil soit sombre et silencieux.
  • Retirer tous les appareils électroniques de la chambre à coucher.
  • Éviter l’utilisation d’écrans au moins une heure avant le coucher.
  • Éviter les repas copieux, la caféine et l’alcool avant le coucher et pratiquer une activité physique pendant la journée.

Ces habitudes de sommeil sont importantes pour améliorer le sommeil. La mise en œuvre de ces habitudes peut contribuer à éviter les troubles du sommeil et aider à s’endormir et à dormir suffisamment. En cas de symptômes de troubles du sommeil, il est important de consulter un spécialiste pour éviter de développer des comorbidités et des complications, ainsi que pour améliorer la qualité globale du sommeil.

 

foire aux questions

Quel est le trouble du sommeil le plus courant ?

Parmi les troubles du sommeil les plus importants ou les plus courants figurent l’insomnie, la narcolepsie, le syndrome des jambes sans repos (SJSR) et l’apnée du sommeil.

 

Quel est le trouble du sommeil le plus grave ?

L’apnée du sommeil peut être considérée comme le trouble du sommeil le plus grave. En raison de l’interruption de la respiration régulière ou de l’obstruction des voies respiratoires pendant le sommeil, ce trouble du sommeil peut entraîner des complications majeures et graves pour la santé ; il doit être traité par un prestataire de soins de santé dès l’apparition des symptômes.

 

De combien de temps de sommeil un adulte a-t-il besoin ?

La durée de sommeil recommandée par nuit varie en fonction de la tranche d’âge. Pour les adultes âgés de 18 à 60 ans, 7 heures ou plus par nuit semblent optimales. Il est important de noter que la qualité du sommeil est également importante. Pour garantir une santé physique et générale optimale, il est essentiel de bien dormir chaque nuit et de se réveiller frais et dispos.

 
Cryothérapie

Cryothérapie

La cryothérapie est un traitement qui peut aider à lutter contre le stress, l’anxiété, la douleur et la rééducation après une blessure. La...

Continue Reading
Sciences du sport

Sciences du sport

La science du sport est la fusion des principes scientifiques avec l’entraînement et la performance sportive. L’application de la méthode...

Continue Reading
Système limbique

Système limbique

Selon l’évolution, le système limbique est l’une des parties les plus anciennes de notre cerveau. Selon des théories telles que le modèle du cerveau...

Continue Reading